Tamga de Che Khan

Histoire et Chronologie de l'Ordoo :



photos de Che Khan
Che Khan, tel que vous l'auriez vu si vous l'aviez rencontré vers 1356.
Photo prise par mon épouse - août 2014


Bonjour à tous.

je vous propose ci-dessous un petit historique de ‘l’Ordoo du Corbeau Rouge’.
Cet exercice de style, plus proche du roman historique que de la reconstitution, est écrit sans aucune prétention. La plupart des événements décrits sont pure invention et les nombreux personnages rencontrés n’ont jamais existé.
Néanmoins, la trame du récit, qui s’appuie sur des événements historiques ou culturels, représente une certaine réalité de la vie des Mongols à l’époque de la ‘Horde d’Or’ et avant. Vous retrouverez, bien sur, dans cette mini saga, le personnage de Che Khan.

J’espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que j’en ai eu à écrire.




Bien à tous.


- Début du récit :


1172 : Une princesse kiptchaq, Terken-Khatun, épouse Ala ad-Din Tekish, le Shah du Kwarezm. Cette femme, d'une forte personnalité, arrive au Kwarezm avec quelques membres de sa famille.
La présence de Terken-Khatun provoque une grande vague d'immigration kiptchaq au Kwarezm. Ceux-ci entrent comme troupe auxiliaire dans les armées kwarezmiennes.

1179 : Naissance de Tchilbak Kherre. Tchilbak Kherre est le fils d’un chef d’un petit clan ( les Kök Kheriyen) et qui a suivi Terken-Khatum au Kwarezm.

1199 : Naissance de Kharra Kherre (premier fils de Tchilbak Kherre)

1200 : Pour des raisons obscures (problème de répartition de butin ou de pâturage), Tchilbak Kherre se brouille avec les autres clans et décide de faire sécession. Il se réfugie vers le Nord, chez les Türks Karluq, avec 300 de ses gens.

1211 : Pays Karluq : Naissance de Kötan Kherre (second fils de Tchilbak Kherre)

1219 : Gengis Khan entame la “Campagne du Kwarezm”. Avant d’envahir le Kwarezm, il passe par le pays karluq. Le roi des Karluq, étant vassal des Mongols, lui prete main forte.
Suivant les conseils de son père, Kharra Kherre, se présente auprès des Mongols, avec une dizaine d’hommes. Il est rattaché aux troupes d’avant garde commandée par Djébé et va servir d’éclaireur.

1222 : Mort de Kharra Kherre (à la Bataille de la Kalka)
1224 : Mort de Tchilbak Kherre. Son second fils, Kötan Kherre n’a que 13 ans. C’est sa mère qui prend la tête du clan en attendant que son fils soit majeur.

1228 : Kötan Kherre devient le khan des “Kök Kheriyen”. Personnage énergique, il attire à lui de nouveaux commensaux. Afin de s’assurer de nouveaux pâturages, il quitte le pays karluq pour s’installer plus à l’ouest (au Nord de la Mer d’Aral) et réorganique son ‘peuple’ en 3 clans.

1237 : D�but de "Campagne de Russie", soumission du Pays Kiptchaq par les Mongols - Entrée en Russie et prise de Riazan et de Koloma.

1238 : Les Mongols continuent leur "Campagne" contre le pays des Kiptchaq. Si une grande partie des Kiptchaqs orientaux se rallient à eux, les Kiptchaqs Occidentaux résistent et Köten Khan fait partie de ceux qui résistent. Finalement battu, Köten Khan et 40.000 des siens décident de fuir et passe en Hongrie. Il est accueilli par le roi de Hongrie, Bela IV qui désire s'en faire des alliés et qui les installe en Hongrie.

1238 : Naissance de Qizyl Kherre (premier fils de Kötan Kherre et de B�rtan).
Kötan Kherre est, maintenant, le chef d’une petite tribu de Kiptchaq Orientaux, les "Kheriyen". La tribu est composée de trois clans, Les "Ak Kheriyen", les "Kök Kheriyen" et les "Khara Kheriyen".

Kötan Kherre est à la tête d’un peu moins de 1000 âmes et de 300 guerriers. Son peuple nomadise maintenant dans une région située au nord de la Mer Caspienne, à l'est de la Volga.
Dès le début, il entretient de bons rapports avec les Mongols et espère en retour une meilleur situation pour son clan. Lorsque les Mongols rassemblent des forces pour lancer l’offensive contre la Pologne et la Hongrie (1240) il se présente spontanément avec ses hommes auprès de Batu.

Il est affecté aux troupes de Sübotaï, qui se dirige vers la Hongrie et participe à la Bataille de Mohi (1241). Pour mettre à l’épreuve son courage et sa fidélité, il est chargé, par Burundaï, un général de Sübotaï, de mener, en première ligne, la phase de diversion sur le pont. Il exécute la manœuvre sans faiblir et montre de bonne qualité au combat.

1241 : Mal accepté par la population hongroise et par les Barons, les Kiptchaqs réfugiés en Hongrie subissent des exactions. Köten Khan est assassiné. Par représailles, les Kiptchaqs ravagent une partie de la Hongrie pour ensuite se réfugier en Bulgarie.

Toq Tamir (fils illégitime de Köten Khan et d'une concubine), à la tête d'un petit clan kiptchaq (le clan Burdjogli), considérant que les Hongrois les ont trahis, décide, avec une centaine de ses gens, de retourner vers son pays d'origine, quitte à faire allégeance aux Mongols. Toq Tamir deviendra un adversaire acharné contre les Hongrois.

1241 : Bataille de Mohi - Kötan Kherre obtient d’être le khan principal de son peuple. Grâce à cette nomination, Köten Kherre réuni définitivement les trois clans autour de son autorité.. (c'est à cette date qu'il décide de symboliser l'unification des clans en adoptant un nouveau "Tugh" à 3 queues de cheval).

1242 : Batu devient Khan de la "Horde Blanche" (Aq Ordoo), futur "Horde d'Or". Il va établir son campement principal à Sarai sur le cours inférieur de la Volga. Batu Khan récompense également Kötan Kherre en le nommant Orleuk (officier) et en lui accordant la responsabilité de ‘Busqaq’(Gouverneur). Il y a, néanmoins, une condition, Khötan Kherre devra s'installer, avec son peuple, dans une nouvelle région. Une région qui se situe au nord de la Mer Noire, entre Le Dniepr et le Boug . Une de ses tâches sera de percevoir l’impôt au profit du Khan mongol et de faire respecter la “pax mongolia”.

L'Ordoo en 1245
Zone d'influence de l'Ordoo en 1242.

1242 : le petit clan de Toq Tamir est 'donné' par les Mongols à Kötan Kherre qui les accueille dans son "ordoo". Kötan Kherre décide de ne pas éclater le clan en répartissant les membres de celui-ci entre les trois clans Kheriyen mais plutôt de s'attacher ce clan à sa personne.

Afin de sceller cette alliance, Toq Tamir donne une de ses filles, sorka, comme "seconde épouse" à Kötan Kherre.


L’ambition de Kötan Kherre est, maintenant, de faire prospérer son peuple. Ainsi, avec le soutien des Mongols, il développe le commerce et assure la sécurité sur les routes. Il est assez intelligent et assez prudent pour ne pas tenter de s’enrichir personnellement. ainsi, la prospérité profite à chacun et indirectement au khan mongol a qui il peut verser un tribut de plus en plus important.

1245 : Naissance d’ Erke Khara (second fils de Kötan Kherre et de Sorka, la fille de Toq Tamir ).
1246 : Naissance de Toq Chourka, fils de Toq Tamir.
1248 : Naissance de Erke Bugurul (troisi�me fils de Kötan Kherre et d'une concubine)
1255 : Mort de Batu Khan.

1257 : Berké Khan devient Khan de la “Horde d’Or”. Kötan Kherre est reconduit comme 'Busqaq'(Gouverneur)

1259 : Pour réprimer quelques faits de sédition, Berké Khan décide d’intervenir en Principauté de Galicie Volhynie. Il désigne Kötan Kherre pour conduire l’aile gauche des troupes mongoles. Lors du conflit, Qizyl Kherre, le fils aîné de Kötan Kherre est grièvement blessé.

1260 : Mort de Qizyl Kherre
1266 : Mengü Temür devient Khan de la "Horde d’Or".

Après l'intervention en Principauté de Galicie Volhynie, la tribu de Kötan Kherre s’est bien développée. De 1000 âmes, elle est passée à 5000 personnes. Le territoire de l'Ordoo s’est agrandi vers l'Ouest.

D'autres clans attirés par la réussite des "Kheriyen" sont venus se mettre sous leur protection en leur faisant allégeance et de nombreuses relations ont été établies entre les Moldaves, les Polonais, les Lituaniens, les russes et les Génois.

L'Ordoo en 1266
Zone d'influence de l'Ordoo en 1266.


La petite ville de Moncastro, qui compte un comptoir commercial et qui se situe à l'embouchure du Dniestr (sur sa rive Ouest) devient prospère et les affaires sont fructueuses.

1271 : Mort de Kötan Kherre.Ce décès provoque une grande réunion des clans.

Börtan, la première épouse de Köten kherre désire placer son autre fils à la tête des Kheriyens mais celui-ci n'a que 5 ans.
C'est le frère de Börtan qui désire prendre la régence.
Certains craignent qu'il garde le pouvoir et les avis sont partagés.
Börtan a le soutient de son clan, les "Khara Kheriyen". Les "Ak kheriyen" ne se prononcent pas et les "Kök Kheriyen" préféraient que le pouvoir reste dans leur clan, ils soutiennent donc Erke Khara, le second fils de Köten kherre (n'oublions pas que Toq Chourka est l'oncle maternel d'Erke Khara).
Les discussions s'éternisent et l'ambiance devient tendue entre les clans.
C'est, finalement, Toq Chourka, fils de Toq Tamir du clan Burdjogli qui fait pencher la balance en faveur d'Erke Khara en prenant son parti.

Toujours fidèle aux Mongols, Erke Khara succède à son père et est reconduit dans sa charge par Mengü Temür, Khan de la "Horde d’Or". Erke Khara continue l'œuvre de son père.

Afin de tisser des liens entre les deux partis et de le légitimer définitivement, Mengü Temür organise un mariage entre Bortou, une jeune mongole faisant partie de sa parentèle et Erke Khara (en fait, Bortou est la fille de Mengü temür et de l'une de ses concubines).

1272 : Naissance de Houch Khan (1272 - 1356) fils d’Erke Khara et de Bortou.

1277 : Erke Khara, à la tête d'un Djagun, participe avec Mengü temür à réprimer une révolte des "Bulgares de la Volga".

1278 : Toq Chourka participe, comme commandant des auxiliaires kiptchaqs de l'armée de Ladislav IV de Hongrie, à la bataille de Marchfeld (26 août). Bataille dans laquelle le Roi Ladislav IV de Hongrie allié aux troupes allemandes commandées par le Roi Rudolph Ier de Habsbourg, battent le Roi Ottokar II de Bohême. Il en retire une certaine gloire.

1280 : Tuda Mengü devient Khan de la “Horde d’Or”

1280 : Erke Khara va rendre hommage au nouveau Khan et est reconduit comme ‘Busqaq’ (Gouverneur). Néanmoins, Erke Khara est mis sous la tutelle de Nogaï, un 'Chef de Guerre", dont l'influence au sein de la "Horde d'Or" prend de plus en plus d'importance. Erke Khara craint que son "Ordoo" passe sous l'autorité de Nogaï, mais ne peut rien faire pour le moment.

1285 : Erke Khara est obligé de participer avec Nogaï à une expédition contre la Hongrie. Pendant la "campagne", Erke Khara et Toq Chourka, qui est maintenant un des lieutenant d'Erke Khara, se brouillent avec Nogaï pour des raisons de stratégie et de partage de butin. La "campagne" est un échec.

1286 : Nogaï, accusant Erke Khara d'être le responsable de l'échec de l'expédition contre la Hongrie, obtient de Tuda Mengü le contrôle des territoires appartenant aux "Kheriyen" et se situant entre le Dniestr et le Boug.
Non seulement, les "Kheriyen" perdent plus de la moitié de leurs possessions, mais en plus, ils sont totalement coupés du comptoir de Moncastro et de son enrichissant commerce.

L'Ordoo en 1286
Zone d'influence de l'Ordoo en 1286.


Rapidement, Nogaï place une personne de confiance qui fera office de 'préfet' pour administrer ce nouveau territoire.
Ce préfet, Mataerser, est un Asse (un Alain). Il s'installe avec ses gens, deux à trois cents personnes.
1287 : Tula Buqa devient Khan de la “Horde d’Or”

1288 : Nogaï entre en conflit avec Tula Buqa. Il fait prisionnier le Khan et le livre à Toqto’a (fils de Mengü Temür). Toqto’a se charge de faire périr Tula Buqa puis est mis sur le trone par Nogaï.
1290 : Toqto’a devient Khan de la "Horde d’Or"
1290 : Erke Khara va rendre hommage au nouveau Khan et est reconduit comme ‘Busqaq’ (Gouverneur).
Toqto’a qui se méfie du pouvoir de Nogaï, décide de rendre aux "Kheriyen" les territoires qu'ils avaient perdu en 1286 au profit de Nogaï. Nogaï accepte, contraint et forcé mais son hostilité envers Erke Khara s'est transformée en haine.

Mataerser, qui craint des représailles de la part d'Erke Khara, s'enfui avec ses fils et son épouse.

Ayant récupéré son dû sans combattre et sans violence, Erke Khara décide de continuer dans le même sens.

Il propose aux Asses (Alains) de rester sur place et d'entrer à son service.
Dans une grande majorité, ceux-ci acceptent. Erke Khara y gagne un conseiller du nom de Baduersa et une cinquantaine de guerriers asses rejoignent les troupes keriyennes.

Les Asses, de confession chrétienne (catholique romaine) seront forts utiles à Erke Khara dans ses rapports avec les marchands chrétiens de Moncastro.

Il charge également Toq Chourka de soumettre le reste des récalcitrants, ce que Toq Chourka fait assez rapidement.
L'Ordoo en 1290
Zone d'influence de l'Ordoo en 1290.


1291 : le pouvoir de Nogaï est à son zénith. celui-ci rêve toujours de se tailler un khanat pour lui-même. L'Ordoo d’Erke Khara redevient une proie tentante. Erke Khara prévient Toqto’a du danger.

1292 : Duché de Brabant - Naissance d’Olivier (futur père de Che Khan)

1294 : Mort d’Erke Khara (peut-être empoisonné) - Guerre de succession

Houch Khan qui n’a que 22 ans à la mort de son père entre en conflit avec le parti de son oncle, Erke Bugurul (un demi-frère d’Erke Khara).
Erke Bugurul est un partisan de Nogaï et désire prendre la succession du clan.

Houch Khan échappe de peu à un attentat et se réfugie auprès de Toqto’a . Toqto’a l’accueille comme un frère (le lien de la parentèle, encore lui, joue son jeu). En effet, non seulement celui-ci lui accorde son soutient mais lui fourni également des troupes pour rentrer dans son héritage.

Malheureusement, au cours du conflit, Toq Chourka a été fait prisonnier et Nogaï le fait exécuter
1295 : Houch Khan devient khan de l’Ordoo et 'Busqaq'(Gouverneur) de Toqto’a
Baduersa, le conseiller 'asse' de son père se met à son service.

1295 : Comme son père l’avait fait jadis avec Erke Khara, Toqto’a organise le mariage d’Houch Khan avec, Botokhui, une jeune mongole de son entourage.

Se sentant protégé par Toqto'a, Houch Khan résiste aux pressions que Nogaï exerce sur lui et refuse de le suivre dans son rêve d'indépendance.

1296 : Naissance d’Oléum (Fille d’Houch Khan et de Botokhui et futur Mère de Che Khan)

1297 : Conflit et guerre ouverte entre Nogaï et Toqto’a. Houch Khan se range immédiatement aux côtés de Toqto'a.

1299 : Houch Khan et ses troupes participent aux côtés des troupes de Toqto'a à une bataille contre Nogaï. Celui-ci est battu. En fuite, il est capturé par un soldat ruthène de l'armée de Toqto'a et décapité.
De petits clans 'nogaï' choisissent de se fédérer aux "Kheriyen" et sont englobés dans l'Ordoo d'Houch Khan.

Par contre, un des fils de Nogaï, Tchaka, réussi à s'enfuir en Bessarrabie pour ensuite se réfugier en Bulgarie. A peine arrivé, il prend le pouvoir et se fait proclamer "Tsar de Bulgarie".

Houch Khan, qui ne désire pas qu'un descendant de Nogaï se taille un "khanat" juste à la frontière de son "Ordoo", convainc Toqto'a d'attaquer Tchaka. Les troupes combinées d'Houch Khan et de Toqta'a entrent en Bulgarie et assiègent la ville de Tarnovo. Tchaka est trahi par ses alliés bulgares qui l'exécutent et vont porter sa tête à Toqto'a en guise de soumission.

1300 : Arrivée d’Olivier et de Renaud en Hongrie. Olivier et Renaud sont deux frères d’origine brabançonne qui immigrent en Hongrie dans les années 1300 avec leur famille suite à la politique de repeuplement du pays initiée par Béla IV (à partir de 1260) .

1305 : Rencontre entre Olivier et Toqtorbaï . Toqtorbaï est un Kiptchaq dont le clan vit en Hongrie. Son père est arrivé en 1237 à l’époque de Koten khan. Toqtorbaï convainc Olivier de se lancer, avec lui, dans le commerce de fourrure. Il l’invite à le suivre vers Moncastro et se propose comme guide.


Olivier et Toqtorbaï ne feront pas ce voyage seul. Le petit convoi est composé , entre autre, de deux ‘frères mineurs’ (Franciscain) , qui vont rejoindre leur mission. Il s’agit de Frère Alfred Semour et de Frère Cadfael.

1306 : Arrivée d’Olivier et de Toqtorbaï à Moncastro.

Moncastro est un petit port sur la Mer Noire, à l’embouchure du dniestr. Il est situé à l’extrême ouest du Khanat de la “Horde d’Or’ , proche de la Moldavie, du Duché de Lituanie et de la Principauté de Galicie Volhynie. On y trouve de nombreux marchands Génois mais aussi des Grecs, des Arméniens, des Syriens, des Juifs, des Géorgiens, des Russes, des Moldaves, des Polonais, des Lituaniens(et bien d’autres encore). Le commerce y est florissant.

1308 : Olivier, qui s’est lié d’amitié avec Houch Khan (et avec qui il fait des affaires) l’accompagne à Saraï. Les deux hommes sont rejoins par Alfred Semour, le moine franciscain. Le but réel du voyage est de rencontrer le Khan Toqto’a et d’avoir avec lui une entrevue concernant le problème du trafic des esclaves. En effet, pour des raisons différentes, les 4 hommes aimeraient arrêter ce trafic. Toqto’a et Houch Khan parce qu'il affaibli pour l’un le Khanat et pour l’autre son peuple, Alfred Semour pour des raisons éthiques et pieuse et Olivier parce qu'il aime ce pays et parce qu'il n’aime pas que les jeunes Kiptchaq aillent renforcer les troupes des ‘Türks d’Egypte’ (mamelouck).

Toqto’a aura plusieurs conflits ouverts avec les Génois sur ce sujet. Houch Khan, avec la complicité d’Olivier et du moine trouvera des compromis acceptables pour le comptoir de Moncastro.

1309 : De retour de Saraï, Olivier fait la rencontre d'un marchand génois, Marco Posato. Les deux hommes se lient d'amitié et "montent" une affaire ensemble. Marco Posato va devenir l'intermédiaire d'Olivier vis à vis du commerce avec Gênes (Marco Posato restera l'ami de la famille).

1312 : Fin du règne de Toqto’a
1312 : �zbeg devient Khan de la "Horde d’Or"

A cette époque, la "Horde d’Or" est à son apogée

1316 : Mort de la première épouse d’Houch Khan
1316 : Mariage entre Oléum (fille d'Houch Khan) et Olivier
1318 ( 11 juillet): Naissance de Che Khan (fils d’Olivier et d’Oléum)
1319 : Naissance de Sortouk (fils d’Houch Khan et de sa seconde épouse)

1322 : Une nouvelle puissance prends son essor dans la région : Le Grand Duché de Lituanie. Désirant se ménager un port sur la Mer Noire, les Lituaniens empiètent sur le territoire de l’Ordoo. Houch Khan prévient Özbeg Khan de la situation et celui-ci intervient pour freiner les prétentions des Lituaniens. Houch Khan, à la tête de ses troupes, participe à la campagne.

1324 : La petite enfance de Che Khan se passe dans l’Ordoo de sa mère. Vers 6 ans, alors qu’il garde le troupeau de chèvre. Il s’endort et fait un rêve : trois corbeaux rouges passant par là viennent le réveiller et le préviennent d’un grand danger.
Le rêve est si fort que Che Khan se réveille en sursaut. Il voit alors que ses chèvres sont attaquées par des loups. Par réflexe, il saisi son arc et tire sur eux. Il en tue un, les autres s’enfuient. Le soir en rentrant, Che Khan confie son aventure à son arrière Grand Mère (la mère d'Houch Khan), une vieille dame qui à l'habitude de raconter des histoires lors des longues veillées autour du feu.
Celle-ci ne dit rien, mais plus tard raconte l’histoire à Quyildar le chaman de l’Ordoo en lui demandant si cela peut avoir une signification.

Quyildar ne répond pas tout de suite en expliquant qu'il doit consulter les "esprits". Après quelques jours, il informe l'arrière Grand Mère que les "esprits" lui ont donné leur réponse : le corbeau sera l’animal totem de Che Khan et que le chiffre trois est de bonne augure (on sait aussi que le corbeau est l’animal totémique du clan).

1325 : Vers 7 ans, Che khan se lie d'amitié avec Arkaï. Arkaï Khasar est un "Burdjogli", le petit clan Kiptchaq, toujours vassal des "Kkeriyens". Les deux enfants, un peu en marge des autres décident de se faire "anda" (frère juré) et de se porter assistance mutuellement. Pendant de longues chasses à l'oiseau, les deux amis se forgent une solide duplicité.

1328 : Che Khan à 10 ans, il commence à accompagner son père dans ses voyages. Il visite Moncastro, Saraï, Kiev. Vers 12 ans, il va en Hongrie (rencontrer sa famille paternelle) et peut être même à Venise. Mais le cœur de Che Khan ne penche pas vers le commerce et les bruits des marchés. Il préfère le silence de la steppe. De plus, il ne se sent pas à l'aise chez ses grands parents paternels qui ne voit en lui d'un petit sauvage qu'il faut christianiser à tout pris.

1335 : Che Khan à 17 ans. Après une longue absence, en ce début d'été, Il est à nouveau à l'Ordoo. Il retrouve son ami, Arkhaï Khasar et reprend les parties de chasse qui lui ont tellement manqué pendant toute ses années où il voyageait avec son père

1337 : Des problèmes sérieux de banditisme ruinent le commerce tout autour de Moncastro. Les routes qui vont vers Kiev et vers la Pologne sont devenue dangereuses.

Les Marchands exigent d’Houch Khan qu’il sécurise la région. Plusieurs détachements ont déjà été envoyé mais les bandits sont introuvables. A cette époque, de nombreux aventuriers en rupture de ban s’installent dans les plaines d’Ukraine (une centaines d'années plus tard, ces hommes fonderont la communauté des Cosaques)

Houch Khan décide d’intervenir et confie cette mission à son fils, Sortouk. celui-ci se révèle incapable de mener à bien cette mission. Il est même blessé assez grièvement lors d’une escarmouche avec les bandits.

Parmi ces marchands, un certain Hugues Kirov est le plus décidé. Victime plusieurs fois des bandits, il a déjà perdu beaucoup d’argent et sa patience est à bout.

Hugues Kirov est un personnage atypique. Marchand de la ville de Kiev, il se noue d’une amitié profonde avec les Mongols qu’il rencontre dans le cadre de son commerce.
Mais ce qu'il apprécie particulièrement c'est de longues parties de chasse dans la steppe et à déjà eu plusieurs fois l’occasion de chasser avec Che Khan et Arkhaï Khasar.

1338 : Mort de Sortouk (des suites de ses blessures). Houch Khan, pressé par son entourage, hésite à confier la mission à l'un de ses lieutenants, ami de Sortouk

Hugues Kirov n'est pas satisfait sur la manière de régler le problème.Il trouve que Houch Khan tergiverse depuis trop longtemps mais ne comprend pas pourquoi. Il décide d'intervenir discrètement.

Pour ce faire, alors qu'il chasse à nouveau avec Che Khan, il décide d’engager la conversation sur les problèmes de sécurité. Hugues pousse Che Khan à demander à son grand père de pouvoir s’occuper de l’affaire. Arkhaï Khasar, qui est présent lors de l'entretient, trouve que l'idée d'Hugues Kirov est judicieuse et déclare son soutient à son 'anda'.

Che Khan va trouver son grand père mais Houch Khan ne désire pas confier cette mission à Che Khan. En effet, il pense que Che Khan n’est pas vraiment reconnu par les guerriers. Il n’a pas encore de faits d’armes à son actif,ce n’est pas le meilleur cavalier, ni le meilleur archer. Il va lui refuser son autorisation lorsque le chaman Quyildar lui conseille justement le contraire.
Non seulement, Quyildar fait changer d’avis Houch Khan mais en plus il convint son jeune neveu, Taïdju Ba adur , d’accompagner Che Khan dans sa mission.

Le "parti" de Sartouk, conteste ce choix et propose un autre candidat. Houch Khan décide de ne pas changer d'avis et confirme Che Khan dans sa mission.

Che Khan ne réuni que 9 compagnons mais s’en contente en la présentant comme sa dizaine.

Parmi ceux-ci, outre Hugues Kirov, Taïdju Ba adur et Arkhaï Khasar, nous trouvons , Nagaï Mergen, Gemyabeg, Jarchi Udeï, Baraqul, Dori Bukha et Bughutu Salji.

A la tête de ses hommes, il quitte l’Ordoo à la recherche des brigands. Curieusement, il traîne avec lui deux chariots vides. après quelques jours de voyage, il dévoile son plan à ses hommes. Nous n’avons pas la force du taureau avec nous, nous aurons la ruse du renard. Il déguise ses hommes en simple marchand et prends la route de Kiev.
Remontant vers le nord, il fini par se trouver en territoire Lituanien. Il demande à ses compagnons de se faire le plus discret possible et attend son heure. Bientôt, la petite troupe croisent une caravane de marchand venant de Kiev et se dirigeant vers le sud.

Laissant ses hommes derrière lui mais prennant Hugues, il va à la rencontre du responsable du convois. Che Khan le met en garde contre le brigandage et lui explique sa mission. Rassuré par la présence de Hugues Kirov, les deux troupes se rassemblent et continuent le voyage vers le sud.



Ce que Che Khan espère, se passe comme prévu. La longue colonne de chariots attire l’attention et peu de temps après, celle-ci est attaquée par une bande de brigands.
Les hommes de Che Khan révèlent alors leur vrai nature et les brigands sont en partie tués ou fait prisonniers. Che Khan ordonne leur exécution immédiate mais en garde un en vie. Il lui propose un marché :
Celui-ci indique le repère de la bande et en contre partie il a la vie sauve.

Face à ce choix, le bandit n’hésite pas très longtemps. Il conduit Che Khan, ses 9 compagnons et quatre marchands volontaires vers le repaire des contrebandiers . L’homme est assez confiant, ses collègues sont nombreux, le repaire est une grosse ferme fortifiée, les Mongols ne peuvent qu’échouer dans leur tentative. Mais Che Khan n’est pas à cours de ruse.

Il déguise ses hommes en bandits et décide de lancer l’action à la nuit tombée. Le groupe se présente à la porte de la ferme et le bandit prisonnier s’annonce comme si il était de retour de mission avec son butin. On lui ouvre la porte sans méfiance et Che Khan pénètre a l’intérieur de la ferme. Complètement surpris, les contrebandiers sont vite éliminés. Comme la première fois, Che Khan ne fait aucun prisonnier mais comme promis, l’homme qui les a aidé est gracié. Dans la ferme, le butin est énorme.

De retour à l’Ordoo, Che Khan partage le butin. Il donne la plus grosse partie à Houch Khan, rends aux marchands de Moncastro ce que l’on reconnaît comme leur appartenant, offre un cadeau somptueux à Hugues Kirov pour sa participation, distribue le reste à ses 8 compagnons et enfin, offre des armes (sabre, arc et carquois) au ‘bandit’ qui les a ‘aidé’ . Celui-ci demande alors de rejoindre Che Khan dans sa bande. Cet homme se nomme Georgy Koudiyar.

Leurs exploits et la ruse de Che Khan seront chantés longtemps par le barde,Tsagan Qütu, autour du feu, les longues soirées d’été.

Suite à cet exploit, plusieurs guerriers viennent renforcer le petit groupe.

De plus, grâce à Arkhaï Khasar, les membres du clan "Burdjogli" décide de se rapprocher de Che Khan et de se mettre sous son autorité.

Il faudra néanmoins 2 ans de patience et de combat à Che Khan pour éradiquer le banditisme et la contrebande dans la région.

L'Ordoo en 1340
Zone d'influence de l'Ordoo en 1340



1341 : Houch Khan est âgé de 69 ans. Il décide de confier son pouvoir à Che Khan afin de confirmer son statut d'héritier et d'éviter une "guerre de succession".

1341 : Che Khan prend la succession d’Houch Khan (son grand père) et la destinée de l'ordoo. Il prend Hugues Kirov comme conseiller personnel et distribue des postes importants à ses compagnons.

1341 : Fin du règne dÖzbeg Khan
1341 : Djanibeg devient Khan de la "Horde d’Or". Il confirme Che Khan dans son statut d'héritier d'Houch Khan et le nomme Busqaq (Gouverneur)
1341 : Mariage de Che Khan (son épouse est une slave, fille d’un marchand de Moncastro)

1342 : Arkhaï Khasar, découvre et déjoue un complot dirigé contre Che Khan. Les deux assassins sont arrêtés et exécutés mais le véritable commanditaire réussi à s'enfuir. C'est un ancien compagnon de Sortouk, lié à la famille de la mère de Sortouk. Il se réfugie en Crimée auprès de clans appartenant aux Nogaïs. Il espère aide et hospitalité. Contre toute attente, non seulement, il n'est pas bien accueilli mais, en plus, il est arrêté et livré à Djanibeg. Celui-ci le fait immédiatement exécuter.

Fort de leur légitimité, l'entourage de Che Khan le pousse à faire une "purge" parmi ses adversaires. Che Khan calme le jeu, fait jouer le sentiment d'appartenance des "Kheriyen" et réussi à s'attacher les derniers récalcitrants.

1345 : Che Khan à la tête de ses hommes, participe activement, avec les troupes de Djanibeg, au siège de la ville de Caffa (en remerciement, le Khan Djanibeg offre à Che Khan une coiffe d'apparat).

1347 : En novembre, Che Khan a un fils.
1348 : Début de la ‘Grande Peste’ qui ravage l’Asie et l’Europe. La “Horde d’Or” n’est pas épargnée stoppant presque toutes activités commerciales ou militaires

1349 : Appaisement de l’épidémie de peste.
1349 : Mort d'Olivier (père de Che Khan).

1350 : Che Khan participe à une’ grande chasse’ avec le Khan. Il se lie d’amitié avec un Mongol de la "Horde Grise", Saboudaï. Celui-ci rejoint les compagnons de Che Khan.

1351 : En janvier, Che Khan a une fille.
1352 : Depuis quelques temps, les Principautés russes s’agitent et refusent de payer l’impôt. Le Khan décide d’intervenir et envoi le Général Boultaï avec un tumen afin de réprimer la révolte. Che Khan, à la tête d’un millier d’hommes, se présente au général et est incorporé à l’aile gauche. Ses neuf compagnons de la première heure sont maintenant chacun chef d’une Centaine.

Les Russes sont en vue et la bataille commence.
Au début de l’après midi, le centre mongol est en difficulté lorsque le commandant de l’aile gauche est tué. Les Mongols commencent à refluer et le risque de débacle est très grand. Che Khan prend le commandement de ce qui reste de l’aile gauche, rallie à lui quelques guerriers kiptchaq et mongols et par un mouvement tournant tombe sur l’arrière des troupes russes qui sont au contact du centre mongol.

Les Russes ne se rendent pas compte que les troupes qui les prennent à revers ne sont que quelques dizaines de soldats. Ils pensent qu’un corps entier de réserve les attaque dans le dos. Ils perdent pieds et refluent dans tous les sens.

La victoire mongole est totale. On cherche Che Khan parmi les vivants pour le féliciter, puis, comme on ne le trouve pas, on le cherche parmi les morts. On a peu d’espoir, lorsque subitement, on le retrouve, l’armure couverte de sang, cherchant son sabre parmi les cadavres. Ses hommes éclatent de rire et de contentement. On lui trouve un surnom : le "Corbeau Rouge"

Grâce a cette victoire, Che khan y gagne, à nouveau, renommée et gloire. Le khan Djanibeg lui accorde l’utilisation d’un ‘tamga’ personnel et le nomme officier d’un Migham (mille hommes).

C'est à partir de cette époque que l'Ordoo prend le nom d'Ordoo du Corbeau Rouge.

1356 : Mort d’Houch Khan (à l'age de 84 ans)
1357 : Fin du règne de Djanibeg
1357 : Berdibeg devient Khan de la "Horde d’Or"
1359 : La jeune Principauté de Moldavie annexe la ville de Moncastro.
1361 : Nous perdons les traces de Che Khan.

1360 —> 1380 : période d’anarchie dans la "Horde d’Or".



- Personnages inventés :

Tchilbak Kherre
Kharra Kherre (fils de Tchilbak Kherre)
Kötan Kherre (fils de Tchilbak Kherre)
Börtan (première épouse de Kötan Kherre et Mère de Qizil Kherre)
Qizyl Kherre (premier fils de Kötan Kherre)
Erke Khara (second fils de Kötan Kherre)
Erke Bugurul (troisième fils de Kötan Kherre)
Bortou (première épouse d’Erke Khara)
Houch Khan (fils d’Erke Khara et de Bortou)
Botokhui (Epouse d’Houch Khan)
Oléum (fille d’Houch Khan et mère de Che Khan)
Olivier (Père de Che Khan)
Renaud (frère d’Olivier)
Toqtorbaï (guide kiptchaq d'Olivier)
Frère Alfred Semour et Frère Cadfael
Quyildar (Kök Kheriyen et chaman de l’Ordoo).
Tsagan Qütu (Ak Kheriyen et Barde de l’Ordoo).

Hugues Kirov, (marchand et aventurier de Kiev et compagnon de Che Khan).
Taïdju Ba adur (Ak Kheriyen, neveu de Quyildar et compagnon de Che Khan).
Gemyabek (Kiptchaq occidental du clan Burdjogli et compagnon de Che Khan).
Jarchi Udeï (Kök Kheriyen et compagnon de Che Khan).
Baraqul (Kharra Kheriyen et compagnon de Che Khan).
Nagaï Mergen (Mongol de la “Horde Nogaï”compagnon de Che Khan).
Arkhaï Khasar (Kiptchaq occidental du clan Burdjogli et Anda de Che Khan).
Dori Bukha (Kiptchaq oriental du Clan Targolov et compagnon de Che Khan).
Bughutu Salji (Bulgare de la Volga et compagnon de Che Khan).
Saboudaï (Mongol de la Horde Grise et compagnon de Che Khan).
Georgy Koudiyar (Brodnik, ancien bandit et compagnon de Che Khan).

Boultaï (Général de Djanibeg).
Toq Tamir (Kiptchaq occidental du clan Burdjogli, Fils illégitime de Köten Khan).
Sorka (Kiptchaq occidental du clan Burdjogli, Fille de Toq Tamir et seconde épouse de Kötan Kherre).
Toq Chourka (Kiptchaq occidental du clan Burdjogli, fils de Toq tamir, oncle et fidèle allié d’Erke Khara)

Mataerser (prèfet asse de Nogaï).
Baduersa (conseiller asse d'Houch Khan).

- Personnages réels :

Terken-Khatun.
Ala ad-Din Tekish (le Shah du Kwarezm).
Gengis Khan.
Djébé.
Batu Khan (2ème fils de Djotchi et Petit-Fils de Gengis Khan).
Berké Khan(3ème fils de Djotchi et Petit-Fils de Gengis Khan).
Mengü Temür.
Tuda Mengü.
Tula Buqa..
Nogaï.
Tchaka.
Toqto’a.
Özbeg Khan.
Djanibeg.
Berdibeg.

Köten Khan .(Khan kiptchaq)
Subotaï.(Grand Général mongol)
Burundaï.(Général de Subotaï)

Comme je l’ai dit, au début de l’article, la trame du récit s’appuie sur des événements historiques ou culturels qui représentent une certaine réalité de la vie des Mongols à l’époque de la "Horde d’Or" et avant.

Nous trouvons par exemple

- Le principe des liens de parentèle par le mariage.
- Les croyances chamanique de l’animal totem.
- Les rapports de commerce entre l’Occident et l’Orient passant par les ports de la Mer Noire.
- Le problème des successions entre les Khans, jamais certaines, toujours difficiles.
- Des événements militaires ayant vraiment existés ( Bataille de Mohi, 1241).
- Les missions chrétiennes des Franciscains chez les Mongols.
- La présence de marchands brabançons en Hongrie.

Je vous invite par la lecture des nombreux sujets de ce site à repérer d’autres allusions présentes dans ce récit.

Bien à tous et bon ammusement.





                              Logo Yourte